TÉLÉCHARGER ANNA GAVALDA LA CONSOLANTE GRATUIT

Listes avec ce livre 5 Voir plus. Pour Juliet, la page d’un nouveau roman vient de s’ouvrir, peut-être aussi celle d’une nouvelle vie Cependant j’attends avec optimisme le prochain roman de cet auteur. Merci Babelio ;- Par après le style change radicalement et on se rend compte qu’il était lié à la période de vie du personnage, il était en renfort de la description: Ce passage est tout à fait réussi … même si, comme tout au long du roman, le style littéraire est vraiment très très particulier pour ne pas dire carrément lourd par moment:

Nom: anna gavalda la consolante
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 23.3 MBytes

Critique de Delphbcn , Inscrite le 6 septembre , 37 ans – 6 septembre J’ai commencé à lire La consolante ce week end et franchement je ne sais pas si je vais arriver au bout du livre. Le mercredi 21 mai , J’ai lu en plusieurs soirs En chacun de nous pleure un enfant qui espère être pris par la main. Un lama, deux mille mètres carrés de toiture, une rivière, cinq enfants, dix chats, six chiens, trois chevaux, un âne, des poules, des canards, une chèvre, des nuées d’hirondelles, plein de cicatrices, une tronçonneuse, une écurie du XVIIIème et deux langues. Participez au premier bookdating Babelio!

Les cookies assurent le bon fonctionnement de Babelio.

Accueil Mes livres Ajouter des livres. Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures connexion avec. La consolante infos Critiques Critiques presse vonsolante Citations Forum.

La consolante

Ajouter à mes livres Lire un extrait. Charles Balanda, 47 ans, architecte à Paris, apprend incidemment la mort d’une femme qu’il a connue quand il était enfant, et adolescent.

anna gavalda la consolante

Il déchire la lettre et la jette dans la poubelle de la cuisine. Retourne ensuite vers les autres. Acheter ce livre sur. Critiques, Analyses et Avis Voir plus Ajouter une critique. Signaler comsolante contenu Voir la page de la critique.

anna gavalda la consolante

Je connais bien la boite de Pandore et la crise de la cinquantaine, je suis en plein dedans. Ces souvenirs qui vous annna en pleine figure, ces gvalda insignifiants pour d’autres qui sont d’une importance vitale pour vous, cette vie parallèle à la réalité et pourtant c’est votre réalité, cette remise en question qui fait exploser votre routine ls, ce retour vers le passé, c’est pour tout ça que j’ai suivi Charles dans sa quête avec un grand intérêt, que dis-je, avec passion.

Ne refermant le livre que pour manger et dormir, impatiente de retourner avec Charles, voir comment il allait s’en sortir. J’ai fini de lire cette histoire il y a quelques jours et pourtant elle trotte encore dans ma tête comme une petite musique insidieuse, perniceuse. Charles Balanda approche la cinquantaine. Archtiecte à Paris, gvalda voyage en Russie pour surveiller des chantiers et nous apparaît surmené.

Il emploie très souvent l’expression »Je suis fatigué » pour exprimer sa lassitude mais aussi pour couper court aux questions de son entourage. Il vit avec Laurence et la fille de celle-ci, Mathilde, une adolescente avec qui il entretient une relation très franche entre le père et le copain.

Lors d’une fête de famille, chez ses gafalda, il ouvre du courrier qui lui ocnsolante adressé où il apprend qu’une ancienne voisine, Anouk, mère de son ami d’enfance Alexis est décédée. Cette femme a beaucoup compté pour lui en raison de son côté non conventionnel, son humanité et son affection.

A partir de ce moment Charles va plonger dans ses souvenirs et commence pour lui une période gzvalda semble nécessaire pour retrouver son âme perdue de travailleur acharné qui consolsnte semblé en plein burn-out, terme non employé au moment de la parution du livre en J’ai trouvé cette partie du roman un tantinet trop longue.

Il faut dépasser la page pour voir arriver un changement dans la vie de Charles. A ce moment, il retrouve le fils de la voisine, Alexis, qui a quitté Paris, vit à la campagne avec sa famille dans un milieu très proche de la nature.

La vie de Charles va changer. Il était temps pour la lectrice que je suis et pour lui Le style d’ Anna Gavalda est un peu différent du premier livre que j’avais lu d’elle  » Ensemble, c’est tout « , plus original dans la construction de phrases, moins fluide.

  TÉLÉCHARGER DRIVER CARTE MERE ELITEGROUP

Pas question de passer une ligne car l’auteure change de scène et de personnage en deux temps, trois mouvements. Cette écriture surprenante m’a beaucoup plu. L’auteur connsolante très souvent un humour que j’ai bien apprécié et des références musicales proches de mon registre connu. Une lecture bien agréable.

Le personnage de Charles est attachant, surtout dans son évolution: C’est dire si on passe un petit temps ensemble.

C’est un livre dont tout le monde a parlé et depuis longtemps il est sorti en Et c’est un livre finalement plus compliqué que prévu, sur un thème qui apparaissait en réalité assez simple. Il est compliqué en raison du nombre et de la personnalité des personnages, du style employé et de la structure de l’ouvrage choisie par l’auteur. Il rencontrera une Anglaise, plus jeune, un peu écolo, baba-cool, qui s’est retirée à la campagne avec plein d’enfants et d’animaux.

En ce qui concerne le thème, on est en pleine exploration de la crise de la cibnquantaine Il parait qu’elle exxiste!

La consolante – Anna Gavalda – Babelio

Quant au style, alors là il y a beaucoup à dire. Pour le moins, le début du livre est déroutant. On ne sait jamais consolange quel personnage on parle, on saute de l’un à l’autre, d’une époque à une autre, sans indication.

Il n’y a pas de pronoms Il, elle. Mais on comprend peu à peu que le style choisi accompagne l’époque relatée. On a en gros cnsolante d’exposé du problème et de la déstabilisation de Charles, puis pages d’ébauche de solution, d’évolution vers des équilibrages avec leurs difficultés ou leurs plaisirs associés. C’est bien le signe d’un livre qui ne laisse pas indifférent. Cependant je suis loin d’être dégoutté de Gavalda et j’en lirai certainement d’autres. Je sors pourtant de cette lecture avec un sentiment mitigé, et je me dis que tous les qualificatifs employés par les lecteurs sont ka effet justifiables.

La consolante d’Anna Gavalda – aLaLettre

Et il est bien intéressant que certains auteurs prennent des risques en faisant des essais d’écriture nouvelle. J’aime passionnément, viscéralement, tout ce que j’ai lu d’ Anna Gavalda à consolanfe jour. Et la consolanteque j’ai mis tant de temps à ouvrir ne viendra pas démentir cette phrase-étendard.

J’avais tellement peur d’être déçue que je ne l’avais pas encore lu et je tournais d’autres pages en passant régulièrement devant. La couverture me déplaisait, sa couleur me gzvalda et les avis mitigés de lecteurs avec lesquels j’avais tant partagé sur Ensemble c’est toutme déplaisaient également. Donc, je restais neutre: Une attitude qui me permettait de ne pas rentrer dans ce consolqnte débat sur tout ce qu’ils pouvaient montrer du doigt en frappant du poing sur la table: Anna c’est ça aussi Alors, avec 7 ans de retard, je peux prendre part consoalnte débat et affirmer que: On vient buter dessus comme sur une coquille dans le corps du texte, on s’y fait quand ils s’enchaînent et rebelote après quelques pages de sevrage, et il n’y en a pas beaucoup Ce n’est pas pour rien, que j’ai mis quinze ans à prendre un malheureux matou La mienne dort en paix Par contre une assistante gavalra comme cela, je pense pas Dîtes-moi que je me trompe, cela me fera tellement de bien – Et cette dédicace Des Charles, Laurence et Corinne, il y en a des tonnes, sans compter les Alexis Combien de vies, nous faudrait-il pour les rencontrer tous?

Dire cela, c’est si consolaante faire oeuvre de critique littéraire constructive. Dire cela, c’est tellement réducteur, nombriliste, universellement pansement guimauve et Annie SaumontAnna Gavalda en font parties.

Je ne sais pas expliquer pourquoi, – et je m’en fous royalement – mais ce que je sais, c’est que ces deux femmes sont capables de me faire passer du rire aux larmes en moins de temps qu’il me faut pour tourner une page et à chaque fois qu’un nouveau livre pointe le bout de son nez sur les rayons de ma bibliothèque, j’ai les boyaux qui se tordent, le coeur qui palpite et l’angoisse qui fait son nid, tellement j’ai peur que cette fois-là! Ce ne soit pas le cas Il y a déjà pas mal de temps que j’ai lu ce livre puisqu’il m’avait été prêté par une amie peu après sa parution.

  TÉLÉCHARGER WINDOWS 10 ENTERPRISE ISO LTSB X64 FR GRATUITEMENT

L’année d’avant, j’avais lu et beaucoup apprécié  » Ensemble c’est tout  » ; je m’étais attachée à ses quatre personnages et à leur histoire, j’étais donc bien décidée à faire un petit bout de chemin avec Anna Gavalda. Pourtant, le début de ma lecture m’a paru fastidieux, je n’arrivais pas à suivre, j’avais l’impression de ne pas parvenir à accrocher, ni même de comprendre où Charles Balanda voulait me mener Je continue, je continue pas?

Et bien, croyez-moi si vous voulez, au moment où je fermais le roman pour le ranger, je n’ai pas pu: Aucun regret, si ce n’est celui du mot fin, et pourtant je ne suis pas une adepte des trilogies voir plus C’est de cela que je voulais témoigner aujourd’hui Citations et extraits Voir plus Ajouter une citation. Signaler ce contenu Voir la page de la citation.

anna gavalda la consolante

J’ai beaucoup de facilité à parler des livres que j’aime, mais il en est pour lesquels je reste plutôt muette tant ils font partie intégrante de moi, tant j’ai de pudeur à les exposer pour éviter qu’ils soient écorchés, raillés, abimés par d’autres.

La Consolante de Anna Gavalda en fait partie. Je le garde près de mon lit, jalousement, je ne le prête jamais, mais je l’offre. Comment parler de ce livre sans évoquer le fil à plomb, celui qu’on utilise pour descendre tout au fond de soi, pour mieux se connaitre et s’introspecter?

Mon compagnon cherche à savoir pourquoi ce livre, pourquoi cette histoire bancale m’a autant prise, autant touchée. Dans ma seconde lecture assidue, je suis confirmée dans mes pensées intimes: Suis-je Charles, ce quinquagénaire qui a pris la mauvaise direction de sa vie, abandonnant la Madone de son enfance à la vieillesse et à la solitude? Suis-je Anouk, la Madone, celle qui aime tant consolanre finit par se détruire et mourir abandonnée de tous?

Suis-je au contraire cette nouvelle vie qui se dessine pour Charles lorsqu’enfin il fait le choix de réapprendre à vivre en s’écoutant vraiment? Peut-être un peu de tout ça en même temps Le style est haché, parfois difficile à suivre, il faut entrer dans les méandres de la pensée de Charles pour s’en dépatouiller, c’est bourré de tas de clins d’oeil aux années 70, les phrases ont consolanet oublié les pronoms ou les sujets mais on s’en fout, c’est remarquablement bien écrit, original, sans égal dans la littérature contemporaine que j’affectionne particulièrement.

La Consolante c’est le livre d’une vie d’amour fou entre Anouk, une femme-enfant et deux garçons: Lorsque des années plus tard, Charles mène une vie d’architecte où aucune place n’est laissée au plaisir et au bonheur, il consollante un message sibyllin l’informant qu’Anouk est morte.

Et c’est à partir de ce moment que sa vie va prendre une tout autre tournure. Il va rembobiner l’histoire, se la repasser en boucle jusqu’à ce qu’elle la mène devant l’entrée d’un jardin d’Eden Finalement, en écrivant ces mots, je me dis que nous avons tous droit à une seconde chance, à rattraper le temps perdu, à retrouver notre véritable chemin, celui de nos rêves d’enfant ou tout au moins ce qui s’en approche le plus.

Ce qui nous manque le plus souvent c’est le courage pour y parvenir Et cobsolante ce qu’il reste alors?

La consolante d’Anna Gavalda

Qu’est ce qui nous reste si on ne parle pas d’amour ou de plaisir? Nos feuilles de paye? Les enfants, c’est la vie, merde! Et c’est parce qu’on a baisé nous aussi qu’ils sont là, non?